Comment réussir l'ouverture de son restaurant (Vidéo)

Comment réussir l'ouverture de son restaurant (Vidéo)

Si vous vivez à Montréal, vous savez tout comme moi que Montréal est une ville gastronomique. Chaque semaine, il y a un nouveau restaurant qui ouvre ses portes et malheureusement d'autres qui ferment.

Comment réussir en restauration est une question que je me suis longuement posée et après avoir rencontré plusieurs clients qui s'apprêtaient à se lancer en affaires en tant que restaurateur, j'ai voulu en savoir davantage. Pour résoudre l'énigme, j'ai invité Philippe Bertrand, fondateur du Centre d'Entrepreneuriat en Restauration de Montréal à discuter de ce qui fait d'un lancement de restaurant un succès. 

Le Centre d'Entrepreneuriat en Restauration (CDER) a été crée il y a de cela environ 6 ans et est unique en son genre. Philippe Bertrand et son équipe accompagnent des entrepreneurs en démarrage souhaitant ouvrir leur restaurant, donc ils partent de l'idée du projet jusqu'au financement et pour certains jusqu’à l’ouverture. Et depuis quelques temps ils accompagnent plusieurs professionnels, déjà en affaires, qui souhaitent améliorer ou changer l’image de leur restaurant, améliorer les processus de gestion, mieux gérer leur entreprise ou comment mieux, par exemple, fidéliser leur clientèle. 

Lors de ce Facebook Live, nous avons abordé plusieurs sujets dont les erreurs les plus fréquentes; comment se distinguer dans un marché ultra compétitif; quels sont les critères essentiels pour se lancer; est-il préférable de devenir franchisé et plus encore. Je vous invite à visionner notre échange par ici et je vous en partage quelques extraits ci-dessous:

Question: Quand on veut se lancer dans la restauration à Montréal, quels sont les aspects qu’on devrait considérer si on veut se distinguer?

Réponse:  C’est surtout d’innover. Beaucoup de concepts de restaurant ont tendance à se ressembler, donc le but de ce qu’on fait ici au CDER, on accompagne les entrepreneurs dans leurs démarches afin qu'ils innovent, par exemple, on a créé le premier concept de Doggie Café à Montréal. Donc on essaie toujours de voir comment on peut se distinguer et c’est ce qui fait la différence. Il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises idées, à la base c’est la façon dont on va innover, c’est la façon dont on va exécuter l’idée et se lancer sur le marché qui va faire la différence.

Question: Est-ce que parfois c’est de bien choisir sa location qui va avoir un impact important ou pas forcément?

Réponse: La location, il faut qu’elle soit en cohérence avec le concept mais il faut aussi qu’elle soit en cohérence avec les besoins des gens du lieu d’implémentation. Selon le type de concept on va définir un rayon de de 500m-1km et ce sont souvent ces premières personnes qu’on va toucher et qui vont venir visiter le restaurant.

Question: Sachant cette information, durant les dernières 6 années, quelles sont les erreurs les plus fréquentes que vous avez vues?

Réponse: Les gens commencent à chercher un local mais n’ont pas encore commencé à travailler sur le plan d’affaires et ne connaissent pas leur segment de clientèle. Aussi, une erreur fréquente est de signer un bail si on n’est pas sûr d’avoir de financement ou c’est de ne pas faire du tout de plan d’affaires.

Question: Quand on pense à se lancer, combien de temps devrait-on s’allouer dans ces circonstances?

Réponse: En général pour mettre un projet sur pied, en partant de l’idée, ensuite travailler sur le plan d’affaires, obtenir du financement, etc. c’est entre 8 et 12 mois.

Question: Parlant du financement, ce que j’entends souvent c’est que les banques ne prêtent pas aux restaurateurs parce que c’est trop risqué. Donc, est-ce qu’il y a autres alternatives?

Réponse: Bien sûr il existe d’autre alternatives de financement comme certains organismes financiers, mais à la base ça reste qu’il faut des bons projets, donc un bon plan d’affaires, un bon plan financier, et à partir de là c’est sûr qu’on va prendre compte certains paramètres concernant la personne, par exemple quelle est sa mise de fonds, quelle est sa cote de crédit, etc.

Question: Est-ce que c’est plus facile de devenir franchisé en prenant un concept déjà existant plutôt que d’essayer de démarrer de zéro?

Réponse: Je conseille toujours aux entrepreneurs de créer leur propre concept. Si vous êtes franchisé vous n’êtes pas un entrepreneur à la base, vous êtes obligé de suivre un certain paramètre qu’on va vous dicter. Souvent les franchises coûtent beaucoup plus cher que de créer son propre concept.

L’avantage de créer son propre concept c’est que vous détenez tous les droits sur votre concept, vous êtes votre propre patron, et vous contrôlez l’entreprise à 100% et en étant propriétaire à 100%, ce qui est vraiment intéressant c'est qu’il est en train de se créer un capital et pourrait éventuellement vendre ou dupliquer le concept.

Question: Dans une situation où quelqu’un voudrait grandir et avoir eux-mêmes leur propre franchise éventuellement, est-ce qu’il y a des choses qu’il pourrait considérer d’emblée en se lançant, ou ça peut venir plus tard?

Réponse : En fait, c’est déjà de bâtir le premier, de créer un modèle d’affaires, un modèle économique. Une fois qu’il va être mis sur le marché ça va être de voir comment mieux le rentabiliser, ensuite on va voir comment reproduire ce concept dans un autre lieu. Selon moi, ça ne sert à rien dans un premier temps de penser à la franchise.

Question : En termes des conseils les plus importants que vous donneriez à quelqu’un qui souhaite se lancer dans la restauration, ça serait quoi?

Réponse : Ne pas hésiter de se faire accompagner par quelqu’un qui s’y connait et faire son plan d’affaires en restauration car cette industrie n'est définitivement pas faite pour tous.

Pour voir l'intégralité de notre échange, vous pouvez cliquer ici ou le visionner ci-dessous.

Si vous considérez d'ouvrir votre propre restaurant, je vous recommande fortement de contacter Philippe Bertrand du CDER, c'est avec fierté qu'il a fait part du fait que les entrepreneurs qui passent par son centre réussissent avec succès à franchir le cap de leur première année, chose qui n'est pas facile dans ce milieu. 

2 aspects essentiels pour réussir le démarrage de son entreprise

2 aspects essentiels pour réussir le démarrage de son entreprise

Entreprendre en France et au Canada, quelles sont les différences fondamentales

Entreprendre en France et au Canada, quelles sont les différences fondamentales